Psychologues : réponses sur les préjugés et les stéréotypes de la profession

Psychologist: answers on the prejudices and stereotypes of the profession

Table des matières

« Non, je ne peux pas lire dans vos pensées. »

 

« Oui, un client peut me mentir sans que je ne m’en aperçoive. »

 

 

Démystifier les stéréotypes

 

La plupart des gens ont des stéréotypes et les psychologues ne font pas exception. Nous avons des stéréotypes, mais il existe également de nombreux stéréotypes à notre sujet.

 

Autrefois, je travaillais pour une grande société de conseil. Un lundi, en arrivant au travail, je suis entré dans l’ascenseur et immédiatement après moi, le responsable des RH est entré.

 

  • « Comment allez-vous ? » M’a-t-il demandé.
  • « Fatigué », lui ai-je répondu.

 

Il m’a demandé pourquoi. Je lui ai dit que j’avais couru mon premier semi-marathon la veille. Sa réponse m’a surpris : « Comment ça, vous courez ? Vous êtes psychologue ! »

J’ai essayé de dissimuler mon regard de perplexité.

 

 

Y a-t-il des points communs entre les psychologues cliniciens ?

 

Je crois qu’il y en a. Tout le monde ne se tourne pas vers une profession comportant de nombreuses ambiguïtés et incertitudes.

 

En outre, tout le monde ne préfère pas un travail dont le but est d’aider les autres, mais dont les moyens pour y parvenir impliquent souvent d’affronter la douleur et la souffrance. Je pense que les expériences passées que les psychologues ont vécues dans leur enfance et leur adolescence sont un facteur important dans la décision de poursuivre une carrière en psychologie.

 

Certains psychologues essaient de comprendre le fonctionnement des êtres humains, d’autres veulent aider les autres et d’autres encore sont tentés de se lancer dans la psychologie pour comprendre ou guérir leurs propres problèmes.

 

Il existe cependant tellement de théories, de méthodes et de pratiques cliniques qu’il est difficile de trouver deux psychologues complètement semblables.

 

  • Certains travaillent sur les comportements, d’autres sur les émotions, d’autres sur les pensées.
  • Certains travaillent avec le langage que le client utilise ou encore avec les rêves.
  • Certains psychologues sont formels, d’autres sont plus informels.
  • Certains appliquent uniquement la parole dans leurs séances de thérapies, d’autres ajoutent des exercices.

 

La plupart des psychologues utilisent cependant un mélange de ces variables. La seule variable importante, à mon avis, est de savoir si le client se sent mieux, s’il fait des choix qui sont bons pour lui et s’il se rend compte qu’il ne répète pas les schémas du passé.

 

 

 

Quand une thérapie se termine-t-elle ?

 

Dans le passé, c’était le thérapeute qui définissait cela. Encore une fois, cela dépend du type de thérapie. Je crois que parfois, c’est le thérapeute, parfois le client et mieux encore, parfois, c’est une décision commune.

 

Souvent, je pense que les clients n’ont pas besoin d’une thérapie à la même fréquence, que nous pouvons espacer les séances. J’en discute généralement avec mes clients.

 

En fait, je crois que de nombreux psychologues sont des artisans. Il y a parfois un long chemin à parcourir pour comprendre la situation, décider de ce qu’il faut faire et ensuite commencer à travailler, en prenant le temps de regarder l’avancement du travail.

 

Revenant sur les questions initiales, voici de nouvelles réponses :

 

« Non, je ne peux pas lire dans vos pensées. Mais si nous travaillons ensemble, vous et moi, nous apprendrons probablement à vous connaître, et à vous aider. »

 

« Oui, les clients peuvent me mentir sans que je ne m’en aperçoive. Mais ils ne peuvent pas se mentir à eux-mêmes. »

 

Partager l’article :

Facebook
LinkedIn
Pinterest
David Mibashan
David Mibashan
David Mibashan est le genre de psychologue que ses collègues auraient préféré ne pas avoir comme collègue. Pourquoi? Parce qu'on l'aurait voulu comme psychologue. David Mibashan a passé les 35 ans dernières années à peaufiner son écoute et son accompagnement. Il se perçoit comme un partenaire pour aller droit au cœur du problème. Vous progresserez, aucun doute là-dessus. «Quand les clients sont capables de se visualiser libérés de leur fardeau, il en reste moins long à faire», précise-t-il. David Mibashan travaille en anglais, en espagnol et en français. À noter qu'il est confortable en français, mais que cela demeure sa troisième langue.

Les derniers articles

Laisser un commentaire

Vous devriez également aimer
Maybe you should talk to someone - Lori Gottlieb -Meetual
Maybe You Should Talk To Someone

L’équipe de Meetual a lu Maybe You Should Talk To Someone, de Lori Gottlieb.

Ce livre est à mettre dans les oreilles de toute personne curieuse, introspective et, pour paraphraser Montaigne, passionnée par le seul métier qui vaille, celui de vivre.

À vous de voir par vous-même.

Mon expérience de transition professionnelle à Meetual
Mon expérience de transition professionnelle à Meetual

J’aimerais vous partager le nouveau moi, ou plutôt, le moi qui ne se cache plus dorénavant.

Virtuality, the sequel
Virtualité, la suite

Je sais que mes hypothèses sur les raisons de l’efficacité de la thérapie virtuelle peuvent être fausses.  Ce que je sais avec certitude par contre, c’est que les clients avancent et qu’ils se sentent mieux.