Développer sa confiance en soi : le travail d’une vie

Développer sa confiance en soi : le travail d’une vie Meetual
Table des matières

Depuis le confinement, ma confiance en moi a été victime de véritables montagnes russes. Selon moi, la confiance en soi est un processus d’introspection qui vise à bâtir une confiance en ses capacités, son pouvoir, sa beauté et à atteindre une certaine sécurité intérieure nous permettant d’entreprendre plus de choses dans sa vie. Au cours de la vie, plusieurs personnes peuvent nuire à notre confiance en soi en nous rabaissant ou en ne croyant pas en nos capacités. Les réseaux sociaux peuvent aussi altérer cette confiance puisqu’il est facile de se comparer aux standards de beauté promus par ces derniers. Aux fins de cet article, j’ai récolté les opinions de 77 personnes qui ont bien voulu répondre à un questionnaire anonyme sur la confiance en soi. L’article présente quelques-unes de leurs réponses ainsi que mon expérience personnelle.

Quelques statistiques

Dans toutes ces personnes que j’ai questionnées, 83% sont âgées de 16 à 20 ans et 87% sont des femmes. La confiance en soi est le travail de toute une vie autant chez les hommes que les femmes. Chacun est confronté à des stéréotypes de genres qui peuvent jouer sur cette confiance. 23,4% des répondants affirment avoir une forte confiance en eux-mêmes, 62,3% disent avoir une confiance moyenne et 14,3% avouent ne pas du tout avoir confiance en eux.

J’appartiens à la deuxième catégorie, car tout au long de ma vie, je n’ai jamais eu ni une énorme perte de confiance en moi pour une longue période de temps, ni une forte confiance en moi. Ça dépend vraiment des jours et du contexte.

L’impact du confinement et des réseaux sociaux sur la confiance en soi

Alors que 32,5% des répondants constatent une perte de confiance depuis le confinement, 23,4% observent au contraire un gain de confiance et 44,2% (la majorité) ne ressentent aucun changement. Donc, c’est possible que le confinement (plus de temps en ligne, moins de contact physique) ait eu un impact sur ta confiance en toi. Pour 29,9% des répondants, les réseaux sociaux ont un grand impact sur leur confiance, tandis que 55,4% reconnaissent un léger impact des réseaux sociaux sur leur confiance. Seulement 13% ne voient pas vraiment d’impact et 2,6%, aucun impact du tout.

 

Je dois cesser de penser à ce que les autres pensent de moi

Si mon apparence m’importe peu, ma façon de penser en public est l’aspect de ma confiance en moi que je dois le plus travailler. J’ai de la difficulté à m’affirmer moi-même à 100% lorsque je suis avec des gens que je connais moins et j’ai tendance à me renfermer. Je devrais plutôt voir la beauté de mon être comme les gens que j’aime la voient.

87% des personnes interrogées pensent que la confiance en soi et l’apparence physique sont liées. Je dois cesser de penser à ce que les gens pensent de moi et simplement vivre et agir comme je le veux.  Je travaille là-dessus. Si les gens ne m’aiment pas, ce n’est pas mon problème, point final.

 

Je ne veux pas me laisser influencer par les opinions qui peuvent me tirer vers le bas

Récemment, j’ai aussi eu à confronter l’opinion de personnes qui m’ont découragé dans mon choix de carrière, et depuis, lorsque je pratique mon art, je me remets en question. On m’a joué dans la tête, mais au moins, je le sais. Je crois en moi, et c’est le plus important. Je ne veux pas me laisser influencer par les opinions qui peuvent me tirer vers le bas.

Tout le monde est tellement beau, compétent, et artiste de sa propre vie. Essaie de te voir comme tu verrais la personne que tu aimes le plus au monde. Vraiment, veux-tu passer ta jeunesse à essayer d’avoir l’air de quelqu’un d’autre ou de t’empêcher de faire des choses parce que tu n’as pas assez confiance en toi? C’est de ça que tu veux te rappeler de ta jeunesse, que tu n’as pas fait un tas de choses puisque tu avais peur de ce que les autres pensaient?

 

 À quel moment te sens-tu le plus en confiance?

Voici les réponses à mon questionnaire qui m’interpellent particulièrement :

« Lorsque je suis maquillée. »

« Quand je suis dans mes joggings. »

« Quand je me trouve belle! »

« Quand je me prépare pour moi-même. »

« Lorsque je m’apprécie autant à l’intérieur qu’à l’extérieur. Souvent quand il fait beau dehors également. »

« Quand je suis entouré de gens. »,

« Lorsque je sens que j’ai l’approbation des autres. »,

« Quand je fais partie d’une discussion sur un sujet que je connais. »

« Avec mes amis. »

« Lorsque je suis seule avec moi-même et que je fais des choses que j’aime. »

« Quand je m’entraîne. »

« Lorsque je pratique mon sport préféré. »

« Lorsque je sens que je m’approche de mes buts. »

« À mon travail, je sens vraiment que je m’épanouis. »

« Lorsque je ne dépends pas des autres. »

 

Que fais-tu lorsque tu ne te sens pas en confiance?

Voici les réponses qui m’ont le plus touchée :

« Je prends une douche et change mes vêtements. »

« Je me prépare pour me trouver beau. »

« Je vais chercher de l’aide de mes proches ou de psychologues au besoin. »

« Je prends soin de moi (cocooning). »

« Je me rappelle des souvenirs avec mes ami.e.s quand ils ont su me mettre en confiance en me rappelant des choses sur moi-même que je tends à oublier. »

« Je pleure. »

« Je perds ma motivation. »

« Je m’isole. »

« Je deviens anxieuse. »

« J’écoute de la musique. »

« Je me rappelle que c’est normal d’avoir des moments d’insécurité et qu’au fond, ce qui compte c’est ce que j’ai à l’intérieur. »

« Je pratique des activités qui me font me sentir bien, bon et valorisé. »

« Je médite pour me recentrer sur moi, sur l’important. »

« Je me parle, tente de relativiser. »

« J’essaie de me rappeler mes qualités. »

 

D’autres commentaires sur la confiance en soi

« Le confinement m’a aidée à m’apprécier davantage, car en passant autant de temps avec moi-même, j’ai appris que si je n’étais pas là pour moi et que je ne m’encourage pas, je ne dépasserais pas beaucoup d’épreuves. Par contre, le confinement m’a aussi fait sentir très seule, alors j’ai dû être là pour moi si souvent que je m’en sens plus épuisée qu’avant. »

« Je suis probablement la personne qui montre le plus de confiance à l’extérieur, mais qui en a le moins à l’intérieur.»

« C’est un énorme défi de développer sa confiance en soi, mais c’est tellement réparateur et valorisant quand on réussit à se faire confiance, on découvre beaucoup de belles choses et de belles personnes. »

«Il y a des parties de mon corps que je ne trouve pas belles sur moi, mais que je trouve belles sur d’autres femmes. C’est étrange.»

« La confiance en soi, c’est le travail de toute une vie, ça ne change pas du jour au lendemain. Donc, il faut être tolérant et patient avec soi-même. »

« J’ai commencé à avoir confiance en moi quand je me suis séparée d’une amitié toxique. »

« Ces temps-ci, je me trouve vraiment belle, donc ma confiance en soi est beaucoup plus grande. »

 

Le mot de la fin : consultez un psychologue si votre manque de confiance devient chronique

Merci à tous les participants, j’espère que mon article aura aidé quelques personnes à se reconnaître. Si vous remarquez que votre manque de confiance en vous devient chronique, n’hésitez pas à consulter un psychologue ou à vous confier à des gens qui peuvent vous écouter et vous appuyer.

Partager l’article :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur pinterest
Pinterest
Danika Ève Proulx
Danika Ève Proulx
Danika Eve Proulx est étudiante au cégep. Ayant grandit dans une famille où la santé mentale et ses enjeux étaient des priorités, elle a appris à vivre avec plein d'outils transmis, pour la plupart, par sa psychologue. Elle souhaite les partager pour aider les jeunes de son âge.

Les derniers articles

Polyamour 101 : de quoi parle-t-on?

Dans cet article, je t’explique ce qu’est le polyamour, la façon dont la mononormativité agit comme oppression et influence nos vies et finalement, je déconstruis certains mythes courants concernant le polyamour.

La résilience selon Boris Cyrulnik
Symptômes psychologiques : Notre corps nous parle-t-il de manière indirecte?
5 faits sur la sexualité féminine
Vous devriez également aimer
La science du bonheur, par Maryse Damecour, doctorante en psychologie à l’UQÀM Meetual
La science du bonheur, par Maryse Damecour, doctorante en psychologie à l’UQÀM

Grâce à ses articles pour le blogue de Meetual, Maryse Damecour nous donne accès à de précieuses informations puisées dans ses recherches et ses nombreuses …

Les émotions : des guides indispensables Meetual
Les émotions : des guides indispensables

Les émotions sont présentes dans nos vies à tous·tes et ce, jusqu’à notre mort. On les ressent chez soi et on les perçoit chez les …

5 mythes sur la sexualité féminine Meetual
5 mythes sur la sexualité féminine

Pour son troisième et quatrième article sur le blogue de Meetual, notre sexologue Queer Coralie a choisi d’écrire sur la sexualité féminine. Vaste sujet! Coralie …