Qui consulter ? Psychologue, psychothérapeute, travailleuse sociale ou psychoéducatrice ?

Qui consulter ? Psychologue, psychothérapeute, travailleuse sociale ou psychoéducatrice ?
Table des matières

Des tristesses quotidiennes inexplicables, une anxiété qui s’installe, des obsessions qui deviennent difficiles à contrôler, des humeurs qui s’emballent ou un trouble existentiel… Il existe différentes raisons qui font que vous envisagez la psychothérapie.

Vous décidez alors de consulter “une psy”, mais quel genre de spécialiste vous faut-il ? Voici quelques informations pour vous aider dans votre démarche.

 

Qui peut donner des séances de psychothérapie ?

Selon l’article 187.1 du Code des professions du Québec, la psychothérapie est un traitement psychologique pour un trouble mental, des perturbations comportementales ou tout autre problème entraînant une souffrance ou une détresse psychologique. Elle a pour but de favoriser chez le client des changements significatifs dans son fonctionnement cognitif, émotionnel ou comportemental, dans son système interpersonnel, dans sa personnalité ou dans son état de santé. La psychothérapie va au-delà d’une aide visant à faire face aux difficultés courantes ou d’un rapport de conseils ou de soutien.

La psychothérapie est un domaine qui touche le mental, qui apporte des changements au niveau de l’émotion et du comportement. Il est donc important que seuls des professionnels attitrés puissent la pratiquer.

En juin 2012, les dispositions législatives relatives à l’encadrement de la psychothérapie entraient en vigueur. Depuis, l’exercice de la psychothérapie et le titre de psychothérapeute sont réservés par la loi :

  • aux membres du Collège des médecins du Québec (CMQ) et de l’Ordre des psychologues du Québec (OPQ) ;
  • aux détenteurs du permis de psychothérapeute, aux membres de l’Ordre des conseillers et conseillères d’orientation du Québec (OCCOQ), de l’Ordre professionnel des criminologues du Québec (OPCQ), de l’Ordre des ergothérapeutes du Québec (OEQ), de l’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ), de l’Ordre des psychoéducateurs et psychoéducatrices du Québec (OPPQ), de l’Ordre des travailleurs sociaux et des thérapeutes conjugaux et familiaux du Québec (OTSTCFQ) et de l’Ordre professionnel des sexologues du Québec (OPSQ) ;
  • aux détenteurs du permis de psychothérapeute non admissibles à un ordre professionnel, mais qui ont satisfait aux exigences des dispositions transitoires (« clause grand-père ») du Règlement sur le permis de psychothérapeute.

Maintenant, que nous savons qui sont les professionnelles que vous pouvez consulter, voyons ce qui les différencie et leurs spécialités respectives.

 

La psychologue

La psychothérapie reste le centre de la pratique de la psychologue, mais il peut travailler dans différents secteurs et domaines d’interventions. Depuis le 26 juillet 2006, pour devenir psychologue et pratiquer la psychothérapie, le Québec exige un doctorat en psychologie.

Une psychologue peut aussi être un chercheur, un professeur… Cela dépend de son expertise. D’après l’OPQ :

« Les psychologues ne pratiquent pas tous la psychothérapie. Quelqu’un peut avoir le titre de psychologue et être chercheur, professeur, conseiller ou œuvrer en psychologie industrielle, etc. Ainsi, le psychologue qui exerce la psychothérapie est un psychologue-psychothérapeute. Il y a des actes réservés aux psychologues et d’autres partagés avec d’autres professionnels : le diagnostic psychologique (acte réservé), le diagnostic neuropsychologique (acte réservé sur attestation) et la psychothérapie (acte partagé entre psychologues, médecins et détenteurs de permis de psychothérapeutes). »

Consulter une psychologue-psychothérapeute signifie régler vos problèmes psychiques et établir au besoin des diagnostics sur les troubles mentaux. La psychologue encourage le changement chez le client afin qu’il surmonte les difficultés auxquelles il fait face. Pour ce faire, la psychologue a recours à différentes approches théoriques comme l’approche cognitive-comportementale, existentielle-humaniste, etc.

Cependant, la psychologue ne dispose pas de droits pour vous prescrire des médicaments, par exemple des antidépresseurs. Ce sont les médecins ou les psychiatres qui peuvent le faire.

 

Psychothérapeute

Une psychothérapeute est une professionnelle de la santé reconnue par l’OPQ. Elle peut donner des traitements de psychothérapies individuelles ou en groupe, mais elle ne peut pas poser de diagnostic par rapport à votre santé mentale.

La psychothérapeute doit disposer d’un permis délivré par l’OPQ. Pour obtenir ce permis, la psychothérapeute doit avoir un permis de l’Office des professions de Québec. Ce dernier est obtenu après une formation réussie au sein d’un établissement reconnu.

Les domaines d’intervention de la psychothérapeute est très large, elle aide les personnes qui ont des difficultés psychologiques, sexuelles ou comportementale comme les complexes, les phobies, les traumatismes, la dépression,le stresse, etc. Tout comme la psychologue, la psychothérapeute ne peut pas délivrer de médicament à ses patients.

 

Travailleuse sociale

La travailleuse sociale est formée pour connaître les comportements humains ainsi que le fonctionnement et les problèmes de la société. Elle analyse des situations sociales compliquées et construit des programmes d’aide adaptés.

Son rôle est d’aider les personnes qui font face à des réalités sociales difficiles : la violence familiale, la pauvreté, etc. Les travailleuses sociales se spécialisent pour être en mesure de s’adresser à un groupe précis, par exemple les adolescents. Elles peuvent aussi agir en tant que médiatrices familiales. En cas de séparation par exemple, elles aident à la mise en place d’une entente en prenant en compte les intérêts de chaque membre de la famille.

Pour être travailleuse sociale, il faut :

  • Obtenir un baccalauréat ou une maîtrise en travail social ou en service social.
  • Être membre de l’Ordre des travailleurs sociaux et des thérapeutes conjugaux et familiaux du Québec (OTSTCFQ)

 

Psychoéducatrice

Les psychoéducatrices se spécialisent dans l’intervention et dans la prévention dans le domaine de l’inadaptation sociale. Elles interviennent auprès des personnes de tout âge qui éprouvent des difficultés d’adaptation dans leurs milieux de vie, et qui éprouvent des problèmes de santé mentale.

Pour être psychoéducatrice, il faut :

  • être membre de l’Ordre des psychoéducateurs et psychoéducatrices du Québec
  • Avoir une maîtrise en psychoéducation, mais un baccalauréat en psychoéducation ou dans un domaine connexe, comme la psychosociologie, le service social ou l’orthopédagogie

La psychoéducatrice réalise le plan d’intervention à travers des activités éducatives et rééducatives en fonction de la dynamique particulière à la personne ou au groupe. Elle peut aussi :

  • Effectuer une évaluation du développement et du comportement de l’enfant et de l’adolescent, ce qui conduit à un dépistage et une prévention des difficultés d’adaptation
  • Intervenir en situation de crise ou auprès des personnes qui présentent des troubles du spectre de l’autisme ou de parents aux prises avec cette pathologie
  • Soutenir le développement des compétences parentales.

 

Comment bien choisir sa professionnelle ?

Le succès d’une thérapie dépend d’abord de votre relation avec votre thérapeute. Parler de ses problèmes et s’ouvrir à une autre personne est habituellement difficile, c’est pourquoi il est important que vous soyez à l’aise avec votre interlocutrice. 

Discuter avec la thérapeute est la première étape. Informez-vous sur ses approches thérapeutiques, ses formations, ses expériences professionnelles. Après un premier contact, demandez-vous comment vous vous sentez. Était-ce facile de s’ouvrir à elle ? L’avez-vous senti présente et empathique dans son écoute et dans son dialogue ? La conversation était-elle fluide ? La professionnelle s’est-elle bien adaptée à votre façon de communiquer avec elle ? Vous semble-t-il possible de nouer une relation de confiance avec votre thérapeute ou bien est-il préférable d’après vous d’essayer un ou autre thérapeute avant de faire votre choix ?

Pensez aussi à la logistique de votre thérapie :

  • L’emplacement du cabinet : préférez-vous vous rendre chez la psy ou faire une consultation virtuelle ?
  • Le tarif du traitement et les reçus d’assurances
  • Les disponibilités de la thérapeute

Chez Meetual, nous vous proposons une plateforme sécurisée en ligne pour consulter avec différentes professionnelles : psychologue, psychothérapeute, travailleuse sociale et sexologue.  Vous choisissez quand vous voulez consulter et avec quelle professionnelle, tout cela dans le confort de votre foyer. Un reçu d’assurance au nom de la professionnelle de votre choix vous sera envoyé par courriel après chaque consultation.

Partager l’article :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur pinterest
Pinterest
L'équipe de Meetual
L'équipe de Meetual
L'équipe de Meetual évolue dans le domaine de la santé mentale depuis près de dix ans. À travers nos articles, nous espérons aborder des sujets qui vous accompagneront dans votre magnifique (et réalisable !) ambition d'un soi plus authentique et d'un mieux-être accessible et renouvelable.

Les derniers articles

Chaines

Rompre la chaîne des abus. Il n’est pas facile de prendre position et de changer, de protéger leurs enfants au lieu de les maltraiter.

S’écouter : des outils concrets
Neuf
Virtualité (avec une équipe)
Vous devriez également aimer
Polyamour 101 : de quoi parle-t-on?
Polyamour 101 : de quoi parle-t-on?

Dans cet article, je t’explique ce qu’est le polyamour, la façon dont la mononormativité agit comme oppression et influence nos vies et finalement, je déconstruis certains mythes courants concernant le polyamour.

La résilience selon Boris Cyrulnik
La résilience selon Boris Cyrulnik

Devant les difficultés de la vie, nous ne sommes pas égaux. Dans ce texte, nous verrons comment, dès la vie intra-utérine et jusqu’à l’âge adulte, plusieurs éléments stimulent ou entravent notre résilience.

Symptômes psychologiques : Notre corps nous parle-t-il de manière indirecte?
Symptômes psychologiques : Notre corps nous parle-t-il de manière indirecte?

Nous ressentons souvent des signaux corporels. Parfois, ils indiquent un besoin: se réchauffer ou se refroidir, manger, se reposer. D’autres fois, ils nous amènent à réaliser que quelque chose ne tourne pas rond dans notre corps et nous devons vérifier au cas où il s’agirait d’une maladie.