Une sexologue Queer à Meetual !

Une sexologue Queer à Meetual !
Table des matières

Bonjour à vous, adeptes du blogue de Meetual! La sexologue Coralie Desjardins vous propose de vous familiariser avec le vocabulaire de la diversité sexuelle. Avant ses études, Coralie Desjardins ignorait la définition de tous les termes qu’elle s’apprête à vous expliquer et qui lui paraissaient assez complexes. Dans cet article, elle vulgarise les termes scientifiques tout en dévoilant quelques parcelles à son sujet. Son souhait : tenter, avec le plus de légèreté possible, de vous guider afin de faire de vous un.e potentiel.le allié.e.

L’importance de l’écriture inclusive

Avant toute chose, j’aimerais vous partager ma façon d’écrire : l’écriture inclusive. Ainsi, vous serez plus à l’aise avec la lecture de mes prochains articles dans le blogue.

L’écriture inclusive consiste à modifier certains aspects orthographiques de la langue française afin que toustes se sentent interpelé.e.s lors de sa lecture. En plus d’inclure le féminin, cette forme d’écriture fait également preuve d’inclusion à l’égard des personnes de la diversité sexuelle, particulièrement la diversité de genre. Ainsi, les personnes non-binaires qui ne se sentent ni homme, ni femme, ne se sentent alors pas obligé.e.s de se catégoriser.

Cette forme d’écriture peut changer des mots existants : toustes (tous et toutes), celleux (ceux et celles) ou iel (néo-pronom formé de «il » et « elle »). Pour ma part, j’utilise entre autres l’écriture inclusive en séparant d’un point la forme employée au féminin de chaque mot pouvant être transformé : lecteur.trice.s, ami.e ou envoûtant.e.

Finalement, l’écriture inclusive peut utiliser le langage épicène, c’est-à-dire un langage neutre, qui n’indique pas la présence de masculin ou de féminin. Voici des exemples : dire « l’enfant » plutôt que la petite fille, parler de « la direction » plutôt que du directeur, simplement énoncer « bonjour » au lieu de « bonjour Madame » ou encore utiliser des mots neutres comme « magnifique » pour remplacer beau ou belle.

Je peux comprendre que vous ayez des réticences à modifier la langue française. Cependant, il semble essentiel que les personnes de la diversité sexuelle se sentent représentées à travers leurs mots. Si on souhaite préserver notre langue, elle doit évoluer. Détrompez-vous, je n’écris pas de cette façon depuis toujours, j’ai appris et j’ai changé ma façon de faire. Je vous invite à déconstruire les phrases telles « le masculin l’emporte sur le féminin » et « le masculin est ici utilisé comme seule forme afin de ne pas alourdir le texte » et à modifier votre pratique petit à petit pour qu’ensemble, notre langue devienne inclusive.

L’identité sexuelle et ses cinq composantes

Chaque individu possède une sexualité propre à sa personne. Sa personne est la seule à en faire l’expérience à travers son corps et ses perceptions. En ce sens, il est donc possible d’admettre que la
sexualité se vit sur un spectre large et sans limites. Il paraît crucial de savoir que votre sexualité vous appartient et qu’il est normal qu’elle change avec le temps. En effet, il n’y a pas de bonne ou de
mauvaise façon de vivre votre sexualité. Ceci étant dit, votre sexualité ne doit pas brimer les droits et libertés des personnes qui pourraient en faire partie, mais surtout, elle doit vous rendre heureux.euse.

Chaque individu possède aussi une identité sexuelle, pouvant se comprendre à travers cinq composantes. Avant de les définir, il semble primordial de mentionner que les cinq composantes sont
indépendantes les unes des autres, même si elles sont interconnectées.

Allons-y!

L’identité de genre

Cette notion réfère au sentiment personnel ressenti dans l’esprit d’un individu quant à la définition de son genre. À titre d’exemple, quelqu’un peut s’identifier femme, homme, aucun des deux ou les deux. Lorsqu’une personne est cisgenre ou « cis », elle possède des organes génitaux qui sont en concordance avec son identité de genre. Si une personne de votre entourage vous annonce qu’elle est non-binaire, cela correspond à son identité de genre, puisque son identité de genre sort de la binarité homme-femme.

Pour les personnes trans, c’est avec la notion de sexe assigné à la naissance (voir ci-bas) que l’identité de genre ne se trouve pas en concordance. Ce n’est pas la majorité des personnes qui souhaitent avoir recours à des chirurgies de confirmation de genre, à travers lesquelles les organes génitaux sont modifiés (Fondation Jasmin Roy, 2017). Entre autres, une femme trans peut posséder des organes génitaux masculins, mais être une femme valide autant qu’une femme cisgenre l’est. Le plus important est qu’une personne trans ne « devient » pas le genre qu’elle désire, elle est le genre qu’elle désire, peu importe où elle est dans son cheminement.

Le sexe biologique ou assigné à la naissance

Le sexe d’une personne est déterminé par un.e professionnel.le de la santé lors de sa naissance, et il ne renvoie pas nécessairement à l’identité de genre. L’assignation du sexe à la naissance est un phénomène complexe dans lequel l’anatomie des organes, les taux d’hormones et les chromosomes XX ou XY sont vérifiés de manière standardisée.

Saviez-vous que même le sexe biologique peut faire partie d’un spectre? En effet, les personnes intersexes possèdent des organes génitaux qui ne sont ni entièrement « femelles », ni entièrement
« mâles ». Cette simple variation génétique résulterait uniquement de l’infertilité. Néanmoins, la réalité est que nous vivons encore dans une société dans laquelle les normes de genre sont binaires, dichotomiques et surtout, ancrées dans notre culture. Les personnes intersexes peuvent vivre beaucoup de détresse émotionnelle par rapport à leur genre ainsi que de discrimination dans le milieu de la santé, notamment parce qu’à leur naissance, leur sexe ET leur genre ont été choisis pour elleux. À travers le monde, de nombreux professionnel.le.s de la santé pouvaient couper le pénis d’un bébé si la longueur de ce dernier ne correspondait pas aux standards médicaux et assigner le bébé comme étant une fille.

L’expression de genre

L’expression de genre est la manifestation physique de l’identité de genre d’un individu à travers les vêtements, la coiffure, la voix, la forme corporelle, etc. Cette notion réfère seulement à l’apparence, l’extérieur visible de l’individu. Alors, une personne non-binaire n’a pas nécessairement une allure androgyne, c’est-à-dire un mélange entre le masculin et le féminin. Une personne non-binaire peut posséder des attraits typiquement féminins (porter des robes, mettre du maquillage, avoir une voix plus aiguë) et tout de même ne pas s’identifier à un genre plus qu’un autre. C’est pour cela qu’il ne faut jamais assumer quoique ce soit en se basant sur l’apparence.

L’attirance émotionnelle

L’attirance émotionnelle (ou encore romantique) fait partie, avec l’attirance sexuelle, de l’orientation sexuelle d’un individu. Il s’agit des sentiments d’amour ou d’affection ressentis envers un genre, les deux ou aucun des deux. Par exemple, une femme cisgenre pourrait avoir le désir de fonder une famille avec sa partenaire femme cisgenre et former un couple lesbien. Comme c’est le cas avec toutes les composantes, l’une ne vient pas nécessairement avec l’autre. Alors, la même femme cisgenre pourrait avoir une attirance émotionnelle seulement envers les femmes, mais une attirance sexuelle envers les hommes également.

L’attirance sexuelle

L’attirance sexuelle fait partie, avec l’attirance émotionnelle, de l’orientation sexuelle d’un individu. Il s’agit des fantasmes, des désirs sexuels éprouvés envers un genre, les deux ou aucun des deux. C’est le désir de vouloir avoir des relations sexuelles. Il existe une multitude d’attirances sexuelles, toutes autant valides les unes que les autres! J’ai choisi d’en démystifier quelques-unes avec vous :

Asexuel.le : Personne qui ne ressent pas ou peu de désir sexuel envers d’autres personnes. Certaines personnes asexuelles possèdent une attirance émotionnelle et pourraient donc avoir envie de recevoir et donner de l’affection ainsi qu’éprouver des sentiments amoureux, sans qu’il y ait de relations sexuelles. Le fait de ne pas avoir de sexualité génitale est une sexualité en soi, et ces personnes ne ressentent pas de détresse face à leur absence de désir.

Aromantique : Personne qui ne ressent pas ou peu d’attirance émotionnelle envers d’autres personnes. Ces personnes peuvent trouver le bonheur dans plusieurs types de relations platoniques et peuvent, comme vous l’avez compris, éprouver, ou pas, du désir sexuel. Comme l’asexualité, l’aromantisme est un spectre : certaines personnes peuvent vouloir échanger de l’affection, mais ne pas ressentir le désir d’entretenir une relation romantique avec son, sa ou ses partenaires.

Demisexuel.le : Personne qui ressent une attirance sexuelle envers d’autres personnes dans certains contextes spécifiques. Par exemple, une personne demisexuelle peut éprouver du désir sexuel
uniquement avec les personnes dont elle est amoureuse.

Pansexuel.le : Personne qui ressent une attirance sexuelle envers d’autres personnes, peu importe leur identité de genre ou leur sexe assigné à la naissance.

À retenir : pistes de réflexion

Vous êtes encore là? Félicitations, vous avez passé au travers de cette lecture et vous êtes maintenant un.e meilleur.e allié.e pour les personnes de la diversité sexuelle! Toutefois, cet article n’était qu’une introduction. Dans le but de contribuer à leur bien-être et à une meilleure acceptation de leur réalité, un.e allié.e soutient et défend activement les personnes de la diversité sexuelle. Au bas de l’article, vous trouverez des références pouvant vous guider dans vos questionnements soit en tant qu’allié.e soit en tant que membre de la diversité sexuelle.

En raison de mon expérience et encore aujourd’hui, je sais que développer ses connaissances en la matière peut être à la fois confrontant parce qu’elles questionnent tout ce qui nous a été appris dans le passé, et inquiétant, puisque ce domaine est encore méconnu. Un.e bon.ne allié.e accepte et met de côté ces sentiments de confrontation et de peur pour faire place aux personnes invisibilisées comme celles de la diversité sexuelle et pendant ce temps, va s’éduquer sur le sujet. Souvent, il semble qu’on cherche à comprendre des phénomènes humains à travers le « normal » et « l’anormal », ce qui nous laisse avec le strict réflexe de tolérer la différence. Je vous invite plutôt à cultiver votre esprit en célébrant la diversité sexuelle.

Mon bureau en ligne à Meetual : un endroit sécurisé et sans jugement

Chez Meetual, je tente d’offrir, à travers mes services de sexologue, un endroit sécurisé et sans jugement lorsque je fais votre rencontre. Notamment, je favorise l’auto-détermination en demandant tout d’abord quels pronoms utilise la personne qui me consulte.

Je profite de cette plateforme pour vous partager quelque chose sur moi. Je vous annonce que je suis non seulement une sexologue « Queer-friendly », je suis également une personne Queer. Bien que j’utilise le pronom « elle », je n’ai jamais réussi à trouver quelle étiquette me convenait le mieux quant à mon identité sexuelle, alors j’ai choisi de n’en choisir aucune. Je m’identifie simplement comme un humain qui aime les autres humains.

N’oubliez jamais que vous êtes l’expert.e de votre propre réalité et que votre identité est valide et importante, peu importe l’étiquette que vous y apposez.

Je vous remercie de tout coeur de m’avoir lue.

Ligne d’écoute LGBTQ+ : 1 888 505-1010

Quelques références LGBTQ+

http://guidelgbt.org/
https://www.fondationemergence.org/lexique
https://p10.qc.ca/
https://www.gris.ca/
https://transstudent.org/graphics/

Témoignage sur les personnes intersexes : https://www.youtube.com/watch?v=aNJWuYJUQHM

Sources de l’article

Fondation Jasmin Roy. (2017). Sondage réalité LGBT. « Valeurs, besoins et réalités des personnes LGBT au Canada en 2017 », « Regard sur les particularités des groupes LGBT ethnoculturels au
Canada en 2017 », « Perceptions, contact et aisance avec les minorités sexuelles chez les hétérosexuels cisgenres ». Récupéré de https://fondationjasminroy.com/initiative/sondage-realites-lgbt/

Trans Student Educational Resources. Gender Unicorn . (2020). Récupéré de https://transstudent.org/gender/

Partager l’article :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur pinterest
Pinterest
Coralie Desjardins
Coralie Desjardins
Je ferai tout mon possible pour que nos rencontres deviennent un safe-space, un endroit sans jugement dans lequel il est possible d’aborder les sujets les plus difficiles.
Vous devriez également aimer
Les émotions : des guides indispensables
Les émotions : des guides indispensables

Les émotions sont présentes dans nos vies à tous·tes et ce, jusqu’à notre mort. On les ressent chez soi et on les perçoit chez les …

5 mythes sur la sexualité féminine
5 mythes sur la sexualité féminine

Pour son troisième et quatrième article sur le blogue de Meetual, notre sexologue Queer Coralie a choisi d’écrire sur la sexualité féminine. Vaste sujet! Coralie …

Une bonne thérapie
Une bonne thérapie, par David Mibashan

Psychologue chevronné avec plusieurs dizaines d’années de pratique au compteur, David Mibashan est nouveau dans l’équipe de Meetual. Nous sommes très fières de proposer ses …