Prendre conscience de l’impact des facteurs internes et externes sur notre humeur : une approche biopsychosociale

Prendre conscience de l’impact des facteurs internes et externes sur notre humeur  une approche biopsychosociale

Table des matières

L’humeur, cette teinte émotionnelle qui colore notre quotidien, est le résultat de multiples facteurs et parfois de l’interaction entre ceux-ci. Certains d’entre eux émanent de notre monde intérieur, tandis que d’autres sont influencés par des éléments extérieurs. Comprendre et apprécier cette dualité est essentiel pour cultiver une vie émotionnelle équilibrée et saine.

Il peut être déstabilisant de constater un changement dans notre humeur d’un mois à l’autre, d’une semaine à l’autre, d’un jour à l’autre, et parfois même, en une seule journée. Ces fluctuations, bien qu’elles soient inconfortables, peuvent souvent s’expliquer par différents facteurs, quand on prend le temps de s’y arrêter. Par exemple, pour plusieurs, les changements de saisons auront un grand impact sur l’humeur. En ce début d’automne, je trouvais donc opportun d’aborder le sujet!

Les facteurs biologiques

Sans entrer dans les détails, il est important de savoir que la chimie cérébrale y est pour beaucoup, lorsque l’on parle de l’humeur! En effet, l’état de nos neurotransmetteurs, tels que la sérotonine et la dopamine, peut grandement affecter notre humeur. Des déséquilibres chimiques peuvent conduire à des hauts et des bas émotionnels, soulignant l’importance de prendre soin de notre santé mentale. Les fluctuations hormonales, dont le cycle menstruel chez la femme, ont des impacts sur la chimie du cerveau, ce qui peut expliquer en partie certains changements d’humeur.

Le saviez-vous? Faire de l’activité physique augmente la production naturelle de dopamine et de sérotonine, tout en diminuant le taux de cortisol (l’hormone du stress). Tout comme l’exercice physique, le sommeil et la nourriture ingérée influenceront notre humeur. Une alimentation équilibrée, un sommeil suffisant et une activité physique régulière sont donc des déterminants importants sur l’humeur. D’où l’importance d’avoir une bonne hygiène de vie!

Les facteurs psychologiques

Nos pensées ont un pouvoir significatif sur notre humeur. Des pensées négatives récurrentes peuvent créer un climat émotionnel sombre, tandis que des pensées positives peuvent éclairer notre journée. Pratiquer la pleine conscience, choisir là où l’on place notre attention et notre focus, en plus d’avoir des pensées réalistes et nuancées, sont des habitudes à adopter pour favoriser une humeur agréable.

Nos expériences de vie peuvent également avoir une influence sur notre humeur présente. Il est donc important de prendre conscience de ces expériences et de trouver des moyens pour en diminuer les impacts dans l’ici et maintenant. Le travailleur social peut vous accompagner dans cette démarche d’observation de soi et de recherche de stratégies, dans le cadre d’un suivi psychosocial. 

Les facteurs environnementaux

Notre environnement social, soit notre entourage et nos conditions de vie, est également étroitement lié à l’humeur. Des relations interpersonnelles saines et nourrissantes, ainsi qu’un besoin de connexion et de soutien répondu, contribueront à une humeur plus positive.

De la même manière, les facteurs externes tels que le travail, le milieu de vie et les conditions économiques joueront un rôle crucial. Ces facteurs sont souvent générateurs de stress, ce qui a un impact sur le bien-être émotionnel. Et que dire de la météo! Prendre conscience de l’impact de la météo sur notre humeur ne fera pas apparaitre le soleil par magie, mais pourra en partie aider à comprendre et expliquer son état.

À partir de l’automne, soit lorsque les moments d’éclaircissement dans une journée diminuent, bon nombre de gens en ressent un impact négatif. C’est donc le moment de prévoir des moyens pour augmenter notre bien-être, par exemple en ayant un projet d’hiver stimulant. En d’autres mots, il est possible d’adapter son environnement afin de contribuer positivement à son humeur (ex : apporter des changements à sa routine, avoir des projets, favoriser les moyens bien-être, mettre ses limites, etc.).

En conclusion, l’humeur peut être tributaire d’un ou plusieurs facteurs. En prendre conscience pourra vous aider à mettre en place des moyens adaptés à élever votre bien-être. À travers un suivi psychosocial, le travailleur social peut vous accompagner dans la recherche de stratégies adaptées à votre situation, en prenant en considération cette dynamique des différents facteurs biopsychosociaux, afin d’atteindre un meilleur équilibre

Partager l’article :

Facebook
LinkedIn
Pinterest
Picture of Chanel Lussier
Chanel Lussier
C’est avec plaisir et dans une vision holistique que je vous accompagnerai vers la recherche et la réalisation de vos objectifs personnels, dans un espace où vos émotions, quelles qu’elles soient, seront les bienvenues.

Les derniers articles

Déroulement type d’un suivi psychosocial en lien avec anxiété.

Vous vivez avec l’anxiété et songez à consulter ?  Vous vous questionnez sur ce qu’un suivi auprès d’un.e travailleus.e social.e pourrait vous apporter ?

L’épuisement parental
Le pouvoir de notre voix intérieure
Il ne suffit pas d’écouter

Laisser un commentaire

Vous devriez également aimer
Rencontrez Stéphanie St-Louis, nouvelle travailleuse sociale chez Meetual
Mon cheminement professionnel est à l’image des sentiers sinueux et chemins cahoteux souvent empruntés dans ma vie personnelle. N’allez pas croire que j’apprécie particulièrement compliquer ...
« Quand venir me voir » Meetual
« Quand venir me voir »
Plusieurs raisons peuvent vous amener à me consulter en suivi psychosocial. L'approche que je vous propose est une approche humaine et centrée sur les solutions.
La restructuration cognitive, de quoi s’agit-il au juste?
La restructuration cognitive, de quoi s’agit-il au juste ?
Dans cet article, plongeons ensemble dans le monde de la restructuration cognitive pour comprendre comment elle peut influencer positivement votre bien-être émotionnel.