5 faits sur la sexualité féminine

5 faits sur la sexualité féminine
Table des matières

Introduction

Le mois dernier, notre sexologue Queer Coralie nous a d’abord démystifié cinq mythes concernant la sexualité féminine. Si ce n’est pas fait, je vous invite à aller lire son article sur le blogue de Meetual, dans lequel elle aborde des sujets comme la virginité et l’orgasme.

Aujourd’hui, elle vous propose un article qui, en deuxième partie, vulgarise cinq faits sur la sexualité féminine qui sont appuyés par la science.

La science de quoi, me dites-vous? Elle parle bien sûr de la science de la sexualité : la sexologie!

 

Un petit rappel avant de commencer

Lorsqu’il est question de sexualité « féminine », il est primordial de savoir que la féminité s’applique à toutes personnes qui souhaitent se l’approprier, même les personnes qui ne possèdent pas de vagin.

L’identité de genre d’un individu ne dépend pas des organes génitaux qu’il, elle ou iel possède.

Cela étant dit, certains des cinq faits ci-dessous réfèrent aux aspects plus biologiques de la sexualité et ainsi, concernent davantage les personnes ayant un vagin. Alors, sachez que la mention « femme » ne s’applique pas uniquement aux femmes cisgenres, mais également aux femmes de la diversité sexuelle. Bonne lecture !

 

La sexualité féminine : est-ce compliqué?

L’éjaculation féminine est normale

Tout d’abord, il semble nécessaire de savoir à quoi on réfère lorsqu’il est question d’éjaculation féminine ou plutôt, femelle. C’est l’expulsion d’un fluide, par l’urètre, qui est différent de l’urine : il ressemble à du lait un peu plus liquide, il est sucré et excède rarement plus d’une cuillère à thé. Ce phénomène biologique est une expérience sexuelle normale et agréable pour plusieurs personnes.

En Asie, dans certaines traditions anciennes, les fluides étaient appelés « le nectar des dieux ». Il a été prouvé que les personnes qui avaient un plancher pelvien fort, c’est-à-dire les muscles qui sont impliqués dans la réponse sexuelle, font plus souvent expérience d’éjaculation lors de l’excitation ou de l’orgasme.

Bien que ce liquide soit différent de l’urine, il est possible d’expulser de l’urine et également de grosses quantités d’un liquide clair nommé « squirting ». En bref, il est important de savoir que l’éjaculation chez tous les sexes et tous les genres fait partie d’une sexualité saine.

 

Le point G existe, mais…

Le fameux point G… Vous avez bien lu : il existe vraiment. Vous serez peut-être surpris.e.s d’apprendre qu’il porte son nom dû au gynécologue allemand appelé Ernst Grafenberg qui a inventé le premier dispositif intra-utérin.

Le point G est en fait une zone, située environ entre l’arrière de l’os pubien et le col de l’utérus, tout le long de l’urètre. Cette zone érogène (apportant du plaisir sexuel) fait élargir et gonfler l’urètre lorsqu’elle est stimulée. Il est pertinent de savoir que cette zone n’est pas un endroit anatomique fixe. C’est la combinaison complexe de plusieurs organes de l’anatomie femelle, comme les glandes para-urétrales (ou la prostate femelle).

Ce qui est à retenir, c’est que les personnes avec un vagin doivent être encouragées à ressentir une variété de façons d’expérimenter leur propre plaisir sexuel. Il n’est pas nécessaire de se donner des objectifs spécifiques comme de trouver son point G, d’avoir une éjaculation ou même d’obtenir un orgasme par voie vaginale.

La santé sexuelle commence plutôt par l’acceptation de son corps.

 

Il n’est pas conseillé de laver son vagin

Dès leur jeune âge, les personnes possédant un vagin sont bombardées de messages témoignant de l’importance de se sentir propre et fraîche lorsqu’il est question de ses parties génitales.

Je me rappelle qu’à mon adolescence, c’était honteux de parler de ses menstruations. Aussi étrange que cela puisse paraître, j’avais un langage secret avec mes amies afin qu’on puisse s’accompagner entre nous aux toilettes et faire du bruit pour couvrir le son de nos serviettes sanitaires. Je me souviens aussi que lorsqu’on disait les mots «tampon», «vagin» ou «vulve» (très rarement), on le faisait en chuchotant.

Avez-vous déjà entendu parler de la taxe rose ? C’est une différence de prix entre les produits typiquement féminins et les produits typiquement masculins à travers laquelle les produits « pour femmes » ont un prix plus élevé. Des produits comme le parfum, les déodorants, les rasoirs et les shampoings qui possèdent un marketing féminin coûtent plus chers que ceux « pour hommes ».

Les savons vendus en tablette près des produits menstruels à la pharmacie qui prétendent laisser une bonne odeur ne sont pas nécessaires, certains produits vont même faire l’effet inverse et provoquer une infection dûe aux ingrédients comme le parfum. Un vagin n’est pas supposé sentir la rose, il n’a pas d’odeur.

Pour être en santé, le pH du vagin doit rester acide. Sa flore bactérienne est influencée par plusieurs facteurs comme le stress, la prise d’antibiotiques, la présence de sperme, la ménopause, et j’en passe. C’est lorsque le vagin devient plus basique qu’il risque de développer de microorganismes menant à une infection douloureuse.

Cependant, bonne nouvelle! Je vous annonce que le vagin est un organe autonettoyant. Cela veut dire que l’on ne conseille pas aux personnes possédant un vagin de faire des douches vaginales.

 

Il est de plus en plus commun de ne pas souhaiter avoir un enfant

Je ne suis pas désolée de vous l’apprendre, mais de nombreuses personnes de mon entourage se questionnent sur leur volonté d’avoir ou non un enfant, et ce, pour plusieurs raisons.

D’abord, même s’il est possible pour les couples lesbiens d’adopter, le processus d’adoption peut faire vivre beaucoup de discrimination sexiste et homophobe à ces derniers. Ainsi, certains couples peuvent préférer de ne pas avoir d’enfant et de bâtir une famille autrement.

Également, il est dangereux de mettre de la pression sur le rôle de mère puisque même si certaines femmes veulent des enfants, elles pourraient être infertiles. Cela ne se perçoit pas à l’œil nu.

Ensuite, il est pertinent de mentionner que certaines personnes peuvent se retrouver très éco-anxieux.euses devant l’avenir de la planète, et surtout, de l’avenir de leurs enfants sur cette planète. Bien que la maternité soit un phénomène miraculeux, il est faux de croire que toute personne avec un vagin a l’instinct maternel.

En résumé, je suis d’avis que, tout comme l’avortement, le fait d’avoir un enfant est un choix personnel qui concerne uniquement la personne qui le porte. En tant que sexologue, je vous conseille d’adopter un langage plus inclusif lorsque vous parlez à vos ami.e.s et votre famille de la maternité.

Ainsi, « Es-tu en couple? » est préférable à «As-tu un copain?», « Veux-tu avoir des enfants? » est préférable à «Quand auras-tu des enfants?».

Les femmes ont une sexualité aussi active que les hommes

Connaissez-vous le concept du double standard sexuel ? Ce sont deux normes différentes pour les hommes et pour les femmes en ce qui a trait à leur sexualité.

À en croire ces normes, les hommes possèdent plus de liberté sexuelle. Entre autres, il est bien vu pour un homme d’avoir plusieurs « conquêtes » sexuelles et de perdre sa virginité à un jeune âge. À l’inverse, il est mal vu pour une femme d’avoir plusieurs partenaires sexuel.le.s et leur virginité est souvent perçue comme quelque chose de précieux.

Les conséquences au niveau des discours dans la société sont multiples : banalisation du désir des femmes, excuser les hommes pour leur « perte » de contrôle, perpétuer les stéréotypes de genre et pire encore, les endosser en tant que femme avec pour résultat de mener à une moins grande satisfaction sexuelle.

Alors que le terme « perte » de contrôle est utilisé à tort, je tiens à dire que la violence sexuelle est une prise de contrôle, un moyen choisi pour dominer l’autre personne et affirmer son pouvoir sur elle.  C’est en espérant que vous soyez déjà mis.e au courant que je vous annonce que les femmes peuvent, parmi tant d’autres comportements, prendre plaisir à regarder de la pornographie, se masturber à chaque jour et avoir plusieurs partenaires à la fois.

 

À retenir 

Après l’écriture de ces deux articles concernant la sexualité féminine, je peux vous témoigner sans l’ombre d’un doute que même si c’est un sujet qui devient davantage documenté et qui est sur les lèvres de toustes, il nous reste du travail à faire.

En tant que personne avec un vagin ou non, je vous recommande fortement de vous éduquer d’abord sur l’anatomie féminine et ses zones érogènes, mais surtout, sur la façon dont vous pourriez être un.e meilleur.e allié.e pour votre partenaire ou pour vous-même. La sexualité d’une femme n’est vraiment pas compliquée lorsqu’on leur donne la parole.

 

Merci encore une fois de m’avoir lue,

Coralie Desjardins.

Sexologue B.A.

 

Sources 

Rye, B. J., & Meaney, G. (2010). Self-Defense, Sexism, and Etiological Beliefs: Predictors of Attitudes toward Gay and Lesbian Adoption. Journal of GLBT Family Studies, 6(1), 1–24.

Whipple, B. (2015). Female Ejaculation, G Spot, A Spot, and Should We Be Looking for Spots? Curr Sex Health Rep (2015) 7:59–62.

Partager l’article :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur pinterest
Pinterest
Coralie Desjardins
Coralie Desjardins
Je ferai tout mon possible pour que nos rencontres deviennent un safe-space, un endroit sans jugement dans lequel il est possible d’aborder les sujets les plus difficiles.
Vous devriez également aimer
5 mythes sur la sexualité féminine
5 mythes sur la sexualité féminine

Pour son troisième et quatrième article sur le blogue de Meetual, notre sexologue Queer Coralie a choisi d’écrire sur la sexualité féminine. Vaste sujet! Coralie …

Une bonne thérapie
Une bonne thérapie, par David Mibashan

Psychologue chevronné avec plusieurs dizaines d’années de pratique au compteur, David Mibashan est nouveau dans l’équipe de Meetual. Nous sommes très fières de proposer ses …

10 habiletés favorables pour composer avec le changement
10 habiletés favorables pour composer avec le changement

Forte de ses 25 ans d’expérience comme travailleuse sociale, psychothérapeute et médiatrice familiale, Denise Marceau affirme que c’est toujours la relation de confiance entre le …