Les leçons de la pandémie

Les leçons de la pandémie

Table des matières

Prudence et adaptation

D’un point de vue personnel, j’ai réalisé que nous devons être prudents tout en acceptant la réalité. Le virus n’a pas de conscience, il n’essaye pas de s’améliorer. Il existe voilà tout.

Et les dégâts pour nous peuvent être énormes. Des personnes proches de moi sont mortes; d’autres ont été très malades.

La plupart de nos routines ont été modifiées, perturbées, oubliées et parfois même améliorées. J’ai vu des gens abandonner des projets chers, beaucoup recourir à des solutions originales à de nouveaux problèmes. La plupart de nos sentiments, bons et mauvais, ont été amplifiés. Le temps a pris une nouvelle dimension. Du début de la pandémie aux premiers vaccins, un an à peine s’est écoulé. Cependant, cela a semblé très long. En plein confinement, dans mon lieu de résidence, nous avons réussi à avoir une réunion de famille (ma femme, mes deux filles, moi-même) pendant une vingtaine de minutes, sur le trottoir où réside une de mes filles. Il était interdit d’aller dans son appartement, alors nous sommes restés dehors, masqués, sans nous toucher, sans nourriture ni boisson, juste pour nous voir et fêter l’anniversaire de notre fille. Nous ne les avions pas vus depuis plus de deux mois. Cette célébration était la meilleure que nous ayons eue depuis des années. Pas de cadeaux, pas de visiteurs, pas de nourriture, pas de bavardages, juste nous quatre partageant des nouvelles, nous regardant et réalisant que nous étions vivants et en bonne santé.

Qu’ai-je appris en tant que thérapeute ? 

La demande de services psychologiques était très élevée. La plupart des motifs de consultation n’étaient pas directement liés au Covid. Oui, certaines personnes sont venues en deuil ou avec la peur de tomber malade ou de mourir. Mais la plupart des consultations portaient sur la vie des clients. La pandémie, de manière subtile, a amené les gens à confronter leurs décisions passées, leur réalité présente et leurs désirs pour l’avenir. Les clients étaient très disposés à explorer leurs antécédents, les décisions qu’ils avaient prises dans le passé et aussi, un point important, les circonstances dans lesquelles leurs décisions avaient été prises.

La pandémie a amené les gens à examiner les éléments fondamentaux de leur vie. Ils ont été en mesure ensuite de réaliser que certaines choses correspondaient à ce qu’ils voulaient et d’autres pas. La thérapie en ligne est devenue le seul outil pour aider les clients. Comme souvent dans le passé, par nécessité, les méthodes ont été perfectionnées pour mettre en place une solution appropriée. Je me sens maintenant beaucoup plus à l’aise en ligne qu’en face à face dans mon travail.

La plupart des thérapies étaient brèves, car la motivation et l’ouverture étaient là pour faciliter le processus thérapeutique. De nombreuses décisions ont été prises par les clients, pour de petits ou de grands changements. Les suivis avec mes clients indiquent que les changements effectués sont là pour rester.

Conclusion

Nous retrouvons petit à petit nos vies d’avant. Bon nombre des changements sociétaux imposés par la pandémie sont là pour rester. Il faudra des années pour développer des statistiques claires, une compréhension des problèmes médicaux et des études sociologiques sur les effets de la pandémie. Sur le plan individuel, ce phénomène apparu il y a près de trois ans restera un souvenir difficile à effacer. Les terribles dégâts causés par la pandémie sont évidents pour tous. Il y avait aussi des choses positives, comme réaliser où nous en sommes, comment nous en sommes arrivés là, si nous sommes satisfaits de notre situation et quelles choses nous voulons changer. Beaucoup de gens ont choisi de changer certains aspects de leur vie afin de profiter de ce monde pendant que nous sommes encore en vie.

Prendre rendez-vous

Partager l’article :

Facebook
LinkedIn
Pinterest
David Mibashan
David Mibashan
David Mibashan est le genre de psychologue que ses collègues auraient préféré ne pas avoir comme collègue. Pourquoi? Parce qu'on l'aurait voulu comme psychologue. David Mibashan a passé les 35 ans dernières années à peaufiner son écoute et son accompagnement. Il se perçoit comme un partenaire pour aller droit au cœur du problème. Vous progresserez, aucun doute là-dessus. «Quand les clients sont capables de se visualiser libérés de leur fardeau, il en reste moins long à faire», précise-t-il. David Mibashan travaille en anglais, en espagnol et en français. À noter qu'il est confortable en français, mais que cela demeure sa troisième langue.

Les derniers articles

Le changement de perceptions ou l’art d’actualiser le passé

Sans quitter le seul et unique endroit où vous
avez du pouvoir, c’est-à-dire le moment présent, sachez que vous avez la possibilité de revisiter
votre passé afin d’identifier l’origine de vos schémas de pensée et vos comportements
d’aujourd’hui.

Une nouvelle spécialiste rejoint l’équipe de Meetual. Chanel Lussier est travailleuse sociale.
3 questions souvent posées par les parents en consultation
Conversation avec Dre Lisa Campisi, psychologue pour enfants, ados et parents

Laisser un commentaire

Vous devriez également aimer
Dominique Dénomée, travailleuse sociale chez Meetual
Je suis Dominique Dénommée, travailleuse sociale depuis 13 ans

Bonjour! Je souhaite établir un premier contact avec vous pour vous présenter mon parcours, ma vision de mon rôle, les problématiques pour lesquelles j’ai développé une expertise et différents trucs que j’utilise pour préserver mon propre équilibre lorsque je traverse moi aussi des moments plus difficiles.

Un mot de Chantal Roy, nouvelle travailleuse sociale à Meetual
Un mot de Chantal Roy, nouvelle travailleuse sociale à Meetual

Au plaisir de collaborer à votre mieux-être ! Désormais, vous n’êtes plus seul(e) dans votre recherche de solutions !

Maybe you should talk to someone - Lori Gottlieb -Meetual
Maybe You Should Talk To Someone

L’équipe de Meetual a lu Maybe You Should Talk To Someone, de Lori Gottlieb.

Ce livre est à mettre dans les oreilles de toute personne curieuse, introspective et, pour paraphraser Montaigne, passionnée par le seul métier qui vaille, celui de vivre.

À vous de voir par vous-même.