3 questions souvent posées par les parents en consultation

3 questions souvent posées par les parents en consultation - Meetual

Table des matières

L’équipe de Meetual a demandé à Danielle Perrier, spécialiste de la petite enfance, enfance et adolescence (0 – 17 ans) de nous faire part de questions souvent posées par les parents en consultation. Voici ses réponses. 

Comment discipliner un enfant de 2 ans ?

Parent : “Je mets mon enfant de 2 ans et demi en punition dans sa chambre lorsqu’il fait des crises et je ferme la porte jusqu’à ce qu’il se calme… Ça peut être vraiment long ! Est-ce que je fais bien ?”

La réponse de Danielle Perrier :

  1. Il est important de comprendre qu’un enfant de cet âge n’a pas encore la capacité de se réguler par lui-même. Il est fort probable qu’il ait besoin de votre aide pour le faire, et ce, même s’il refuse cette aide au début. 
  2. On peut guider l’enfant et le soutenir lorsqu’il est en état de crise : “Je suis là ; calme-toi ; tu veux un câlin ? Ça va aller ; tu es capable de te calmer ; tu veux boire de l’eau ?” L’idée n’est pas de lui offrir des privilèges, mais de le rassurer, de lui démontrer qu’on est toujours là pour lui et que le lien n’est pas brisé. Le fait de forcer l’enfant à rester dans une pièce fermée peut être très insécurisant et cela ne fera qu’augmenter sa détresse. 
  3. On aide l’enfant à se calmer et une fois calmé, faire un bref retour sur la situation. “Je comprends que tu voulais aller jouer dehors, mais regarde, il pleut ! Tu vois ? C’est pour ça qu’on doit jouer à l’intérieur aujourd’hui. Tu veux que je t’installe ton petit trampoline pour bouger ? » 

Un enfant de cet âge n’a pas encore la capacité de se réguler par lui-même.

Le fait de forcer l’enfant à rester dans une pièce fermée peut être très insécurisant et cela ne fera qu’augmenter sa détresse.

On aide l’enfant à se calmer et une fois calmé, faire un bref retour sur la situation.

Comment se faire entendre d’un enfant qui n’écoute pas ?

Parent : “Je dois répéter 15 fois à mon enfant de fermer la télé et d’aller se brosser les dents… à tous les soirs ! J’ai vraiment l’impression qu’il m’ignore ! Il finit par m’écouter lorsque je me fâche et que je monte le ton, mais après, le reste de la routine est vraiment désagréable… ”

La réponse de Danielle Perrier :

  1. Ça aide de se mettre à la place de notre enfant, surtout lorsqu’il est très jeune, mais même lorsqu’il est ado. En réalité, on lui demande de cesser une activité qu’il aime pour entamer une routine qui signifie que c’est bientôt l’heure de se coucher… La motivation et l’attention peuvent manquer à l’appel et c’est alors que le parent peut intervenir en aidant son enfant à faire cette transition parfois désagréable. La règle d’or pour éviter “l’étirage d’élastique”: donner une consigne claire et simple (C’est l’heure de fermer la télé). 
  2. Si mon enfant m’ignore ou refuse, je répète la consigne (Oui, c’est l’heure, on ferme la télé).
  3. Si mon enfant ne collabore toujours pas, la troisième fois je lui offre le choix de le faire par lui-même ou c’est moi qui m’en occupe, (On ferme la télé maintenant, tu veux le faire ou sinon, c’est moi qui le fait).
  4. Si l’enfant refuse toujours, je ferme la télé. Il est nettement préférable que votre ton soit calme et que votre attitude soit encourageante et positive (un peu comme un G.O.). Vous êtes là pour vous assurer que la transition se fasse bien. Ce qui peut aider bien sûr, c’est une routine visuelle ou des alarmes programmées (“brosser les dents”) et de s’entendre à l’avance sur le déroulement de la routine qui peut inclure la possibilité d’un temps extra de lecture ou de jeux calme une fois la routine complétée.

Ça aide de se mettre à la place de notre enfant.

La règle d’or pour éviter “l’étirage d’élastique” : donner une consigne claire et simple (C’est l’heure de fermer la télé).

S’entendre à l’avance sur le déroulement de la routine qui peut inclure la possibilité d’un temps extra de lecture ou de jeux calme une fois la routine complétée.

Comment bien réagir à une retenue scolaire ?

Parent: “Mon garçon a eu une retenue à l’école, car il a manqué de politesse avec son enseignante. Je l’ai aussi privé d’écran pour une semaine. Ai-je bien fait?”

La réponse de Danielle Perrier

  1. Puisque votre garçon a déjà reçu une conséquence face à son manquement à l’école, il n’est pas utile de lui ajouter une autre conséquence. 
  2. Par contre, je vous recommanderai deux actions : 
    1. Avoir une discussion (constructive) avec votre garçon sur le respect, la politesse ; j’explorais avec lui les avantages d’une attitude respectueuse, tout en soulignant les conséquences désagréables qu’apporte une attitude irrespectueuse. 
    2. Prendre du recul, observer et réfléchir sur notre propre attitude dans la vie de tous les jours. Ne pas oublier : les parents sont les modèles principaux de leur enfant. Ils s’inspirent de nous en premier.

 Il n’est pas utile de lui ajouter une autre conséquence. 

Ne pas oublier : les parents sont les modèles principaux de leur enfant. Ils s’inspirent de nous en premier.

Partager l’article :

Facebook
LinkedIn
Pinterest
Danielle Perrier
Danielle Perrier
Danielle Perrier a obtenu le titre de psychoéducatrice suite à son admission à l’Ordre des psychoéducateurs et psychoéducatrices du Québec (OPPQ). Elle a 10 ans d’expérience en intervention directe auprès d’enfants ayant soit un retard de développement soit un trouble du spectre de l’autisme (TSA). Elle travaille aussi avec la famille, notamment en soutenant les parents et en les guidant dans les stratégies d’intervention avec leur enfant.

Laisser un commentaire

Vous devriez également aimer
Le changement de perceptions ou l’art d’actualiser le passé - Meetual
Le changement de perceptions ou l’art d’actualiser le passé

Sans quitter le seul et unique endroit où vous
avez du pouvoir, c’est-à-dire le moment présent, sachez que vous avez la possibilité de revisiter
votre passé afin d’identifier l’origine de vos schémas de pensée et vos comportements
d’aujourd’hui.

Les leçons de la pandémie
Les leçons de la pandémie

Bien que nous voyions probablement la lumière au bout du tunnel concernant la pandémie, le retour à nos vies d’avant implique également «l’effet papillon» où de petits changements dans un processus peuvent se transformer plus tard en grandes différences.

Chanel Lussier - Travailleuse Sociale - Meetual
Une nouvelle spécialiste rejoint l’équipe de Meetual. Chanel Lussier est travailleuse sociale.

Mes 15 années d’expérience au sein du réseau de la santé et des services sociaux m’ont amené non seulement à me dépasser, mais également à me familiariser avec un large éventail de clientèles et de problématiques